Archives de catégorie : Projets

Projet « 3 fontaines au village Ighil Bougueni »: Appel à participation.

Un grand merci à tous les partenaires et mécènes qui ont participé à ce projet.

Bonjour à toutes et à tous,

Depuis plusieurs mois, notre association Timlilith-Ighil Bougueni, en collaboration avec « L’Association Sociale du Village Ighil Bougueni-Yemma Lmissora » (ASIB), représentant la population de notre village d’origine, étudie la possibilité de mettre en place des fontaines publiques alimentées par les eaux des sources entourant le village en vue de renforcer l’offre en eau potable et soulager la population des difficultés d’aller puiser de l’eau en contrebas du village. Il était temps que ce projet, déjà présent dans les esprits depuis de nombreuses années, se concrétise.

Continuer la lecture de Projet « 3 fontaines au village Ighil Bougueni »: Appel à participation.

De Laïnser à Sahridj….. La balade des sources (1ère partie)

Le village Ighil Bougueni compte de nombreux lieux publiques et pittoresques: ses 2 « Tadjmäath », son mausolé de « Yemma El Missora », ses 2 mosquées (“Sidi M’hend Oumensour” et “Sidi Ali Oubouzid”) et son cimetière « Vava Lhadj ». Chacun de ces lieux a son histoire et ses secrets. Nous avons eu l’occasion de mettre en avant sur ce site certains de ces lieux.

En vous écartant un peu du village, vous pouvez découvrir d’autres lieux emblématiques. Outre les nombreux champs l’entourant et dont la toponymie avait été initié il y’a de ça quelques années par Nacer Ukemoum (voir toponymes du village Ighil Bougeni), le village dispose de 2 sources (thala) principales d’eau douce :  « Laïnser » et « Sahridj ». Les eaux de ces sources sont probablement issues d’une même et unique nappe phréatique sous le village mais émergeant à des altitudes légèrement différentes, pour Laïnser sur son versant nord et pour Sahridj sur son versant sud (voir la capture Google-map ci dessous).

balade 2 sources
Tracé de la première partie (en jaune) et 2éme partie (en vert) de notre balade sur une capture googlemap du village

Nous avons fait récemment une grande balade pour relier ces 2 sources. La 1ère partie de cette balade s’est faite en passant par la source Laïnṣeṛ alors que la 2ème partie s’est faite en passant par la source Sahridj. Suivez nous à la découverte de ces 2 sources.

Continuer la lecture de De Laïnser à Sahridj….. La balade des sources (1ère partie)

Réunion conjointe Timlilith-Ighil Bougueni & Comité du village Ighil Bougueni

Bonjour à toutes et à tous,

Le 17 janvier 2016 a eu lieu une réunion conjointe entre l’association Timlilith-Ighil Bougueni (représentée par son président et son trésorier adjoint, présents sur place) et le comité du village Ighil Bougueni , à « la maison des jeunes »  (attenante à Vava L’hadj).

reunion tib cib

Cette réunion a été l’occasion de convenir de mettre en place:

Continuer la lecture de Réunion conjointe Timlilith-Ighil Bougueni & Comité du village Ighil Bougueni

Projet Assirem : le dossier complet.

A tous les membres de l’association Timlilith Ighil Bougueni,

A toute la communauté n’Ath Amar Oussaïd,

A tous ceux qui nous ont accompagnés sur ce projet,

Aux abonnés de ce site,

A tous les amis et sympathisants de Timlilith Ighil Bougueni.

 Après s’être largement épanché sur le forum de discussion de notre association (Google Groupes) , c’est maintenant sur le site internet de l’association qu’un des membres et administrateur de Timlilith Ighil Bougueni tente de créer la polémique d’abord de façon virulente et disproportionnée (voir cet article) puis de manière plus posée mais non sans quelques inexactitudes (voir cet autre article). Ces deux articles se voulant un droit de réponse à la mise au point diffusée récemment par les administrateurs de Timlilith Ighil Bougueni (Mise au point).

Nous, membres du bureau de l’association, considérons ce site comme un havre de paix, une vitrine de l’association et non une arène de joutes verbales. Malgré cela, nous ne pouvons rester sans réaction et laisser des contrevérités inscrites sur notre site sans les désamorcer une à une et rétablir le véritable rôle de chacun dans ce dossier.

Nous allons pour cela étayer nos propos par des faits, rien que des faits, sans donner dans le sentimentalisme ou tenter de faire pleurer dans les chaumières. Notre objectif étant de livrer tous les éléments qui permettront à ceux qui s’y intéressent ou qui ne savent plus quoi penser des dissensions actuelles, de se faire un avis basé sur des faits documentés et ainsi de comprendre que cette décision d’arrêter ce projet n’a pas été prise sur un coup de tête par des gens confortablement assis au chaud dans leur salon, comme semble le suggérer certains récents témoignages. Cela nous contraint à nous référer à des documents (compte rendus de réunions archivés accessibles qu’aux seuls administrateurs de Timlilith Ighil Bougueni, emails…) et à faire référence nommément à des personnes (qu’elles nous en excusent d’avance).

Nous rappelons ici que la base de l’action associative est la « décision collégiale », le « compromis », le « rendre compte ». Ce n’est pas celui qui crie le plus fort qui a raison. Si mon avis est minoritaire, si je ne suis pas d’accord avec la collectivité et que je ne peux m’y résigner, ma seule option raisonnable et digne est la démission. Nous sommes tous bénévoles au sein de Timlilith Ighil Bougueni. Tout le monde peut voir dans ce qui suit que nous avons toujours essayé de mettre dans notre organisation un minimum de forme pour se rapprocher d’un fonctionnement associatif normal et moderne. Et dans notre mode de fonctionnement, la décision collégiale est la seule à prévaloir. Il n’est pas possible de fonctionner sérieusement si chacun au sein de l’association se met à renier les décisions collectives et prend seul des décisions soit allant à l’encontre du choix majoritaire, soit sans en aviser les autres, engageant de surcroit la responsabilité de l’association.

Comme nous l’avons dit dans notre précédent article, c’était un projet d’aide au centre «Si Mokrane» et non un projet conditionnant la survie de ce centre qui a fonctionné et fonctionnera normalement avec ou sans ce projet. Contrairement à ce qui a pu être sous-entendu, la terre ne s’arrêtera pas de tourner sans ce projet. Ni les associations «Assirem» et «les enfants du cœur» ni le centre «Si Mokrane» n’attendent les fonds alloués dans le cadre de ce projet pour fonctionner et travailler au profit des enfants handicapés mentaux d’Ain El Hammam et d’ailleurs. Et pour preuve, l’association «Assirem» est actuellement en cours de création d’un «centre d’aide par le travail» au profit des enfants déficients mentaux adultes sur des locaux alloués par la commune d’Ain El Hammam (voir cet article sur la dépêche de Kabylie).

Au final, cet administrateur doit comprendre qu’il a déjà fait assez de mal à notre association, à « Assirem », au centre « Si Mokrane » et à toute notre communauté. Nous nous excusons auprès de tous nos adhérents et auprès de notre communauté pour toutes ses outrances verbales. Nous estimons toujours que ce conflit doit se régler dans les instances de notre association, prévues par son règlement intérieur, et non sur la place publique. Et il le sera dans la concertation collective entre les administrateurs de Timlilith Ighil Bougueni.

Alors bons vents à «Assirem» et aux «Enfants du cœur».

Et bonne lecture.

Les membres du bureau de l’association Timlilith Ighil Bougueni.

ASSIREM - Bouton