Le Jumelage – Un Moyen pour Rompre l’Isolement

Cette définition a retenu notre attention sur Internet.

«Le jumelage représente un contrat moral entre deux communes sans limite dans le temps qui recouvre un champ d’action pluridisciplinaire et la participation directe des personnes ou de leurs groupements aux échanges. Ainsi, le jumelage est une relation d’amitié durable entre deux communes, scellée entre les citoyens en collaboration avec leurs autorités et les associations locales».

Cette définition, tellement humaine, d’un concept né après la seconde guerre et regroupant actuellement plus de 15000 collectivités locales, seulement en Europe est inspirante. La vocation et les fondements de TIMLILITH-IB cadrent parfaitement avec ce concept humanitaire (Voir le message de présentation de notre association sur le blog et sur le web).

Nous n’avons pas de vidéo à vous présenter, cette fois-ci mais nous souhaitons partager avec vous une proposition ou plutôt une ambition, celle de voir un jour notre commune Ain-El-Hammam sortir de son isolement, en réalisant un jumelage avec une collectivité locale en France ou la communauté TIMLILITH-IB est fortement présente. C’est un projet certes ambitieux mais réalisable, le climat s’y prête et nous avons la capacité, en tant que citoyens originaires d’IGHIL-BOUGUENI d’initier cette belle entreprise. En effet, notre association forte du soutien de notre communauté vivant en France et de son agrément auprès des autorités locales en France peut introduire une demande de jumelage formelle auprès d’une collectivité locale en France. Nous pouvons revenir dans nos prochains commentaires sur les multiples avantages du jumelage dont je me contenterai ici d’ébaucher quelques projets:

  1. Echanges entre les deux collectivités sur la bonne gouvernance.
  2. Echanges de savoir faire et de d’expériences entres les associations des deux collectivités.
  3. La formation des bénévoles, des guides touristiques, la formation en préservation des zones de montagne, en développement durable, en tourisme de montagne.
  4. Les échanges de délégations de jeunes afin de rompre l’isolement de notre région, faire connaitre ses attraits et enfin renouer avec le tourisme, source principale de développement durable.
  5. Valorisation et restauration des métiers de l’artisanat dans la région.
  6. Echanges de livres.

Autant de projets et plus encore qui pourraient êtres identifiés dans le cadre d’une telle convention, les maires des deux collectivités pourraient certainement y apporter leur lot de créneaux de coopération. Cette idée peut paraitre a priori lointaine mais nous restons convaincu qu’elle est réaliste et réalisable. Nous souhaitons qu’elle soit discutée au sein de notre association pour murissement et qu’elle soit ensuite soumise comme projet commun à ATH-AMAR OUSSAID, si cela ne retarde pas le processus.

En attendant, Nous souhaitons partager avec vous cette expérience des citoyens de Bouzeguen résidant à Aubervilliers

Bonne Lecture

*************************************************************************************************

(Article publié dans EL-WATAN  Jeudi, 17 Mai 2012).

Vers un projet de jumelage entre Bouzeguène et Aubervilliers

Le projet de jumelage entre Bouzeguène et Aubervilliers pourrait être concrétisé d’ici la fin de l’année 2012 ou début 2013. L’initiative proposée par des citoyens de Bouzeguène résidant à Aubervilliers a été acceptée par le maire de la ville. C’est ce qu’a confirmé M. Jacques Salvator, maire PS d’Aubervilliers.

L’initiative, la première du genre entre Aubervilliers et une commune de la région de Kabylie, vise à mettre en place des projets qui tenaient à cœur à la population de la commune de Bouzeguène qui en tirera profit de cette expérience de jumelage.
La commune a surtout besoin de mettre en place des projets en matière d’urbanisme, d’environnement et de tourisme, et plusieurs autres propositions, notamment dans le domaine des espaces verts, du traitement des déchets, du soutien à l’action culturelle et de la mise en valeur du patrimoine. Le projet de jumelage ira plus loin et donnera lieu à des manifestations dans l’une ou l’autre ville et permettra aux habitants des deux communes de faire connaissance, de réfléchir à des interrogations communes et de partager des expériences.
Le jumelage, c’est la rencontre de deux communes qui entendent proclamer qu’elles s’associent pour agir dans une perspective franco-algérienne pour confronter leurs problèmes et développer des liens d’amitié de plus en plus étroits et peuvent couvrir une large palette d’activités et impliquer de nombreux acteurs des deux communautés. Un bon partenariat de jumelage peut procurer de nombreux bénéfices à une communauté. En tissant des liens étroits entre les deux communautés, de partager des problèmes, d’échanger des opinions et de découvrir différents points de vue sur une question d’intérêt commun. Ils donnent l’occasion par exemple aux jeunes de différentes origines de se rencontrer, d’appendre à se connaître et de gagner en assurance.
De nombreux exemples de bonnes pratiques ont démontré l’utilité des jumelages, notamment dans des domaines tels que l’art et la culture, la jeunesse, la citoyenneté, le développement durable, les services publics locaux, le développement économique local, l’inclusion sociale, la solidarité en se soutenant mutuellement dans les périodes de difficulté, par exemple lors d’une catastrophe naturelle. Plus qu’un simple partenariat pour la concrétisation d’un projet, le jumelage représente un engagement à long terme entre partenaires. Il transcende les changements dans la vie politique Le maire socialiste d’Aubervilliers avait initié déjà une première tentative pour une relation symbolique avec les maires de Sétif et de Constantine qu’il avait invités en 2011 pour commémorer la tragédie du 8 Mai 1945. “On espérait la venue du maire de Sétif ou de Constantine qu’on avait invités l’année dernière pour commémorer la tragédie de Sétif, mais pour des raisons qu’on ignorait, ils n’étaient pas venus. J’ai reçu, en revanche, une invitation des deux maires qui m’invitent pour le mois de juin mais je ne suis pas sûr qu’ils soient présents, eux, le 9 mai prochain, ici à Aubervilliers, avec un jour de décalage, pour la commémoration du 8 Mai 1945.  Ce n’est pas un jumelage avec Sétif ou Constantine mais une relation symbolique. On est la seule ville de France à commémorer la tragédie du 8 Mai 1945. On peut faire de même avec une ville de la Kabylie en commençant par une relation symbolique d’échange de visites avant d’entamer une réelle perspective de jumelage, d’autant plus qu’on prévoit d’organiser en fin d’année un voyage en Algérie. On pourra essayer d’engager un jumelage avec une ville. Il y a plusieurs villes qui se portent candidates, notamment celle de Béjaïa. Aucune décision n’a encore été prise et chaque fois qu’on réfléchit, on fait face à une compétition entre les différentes villes de cette wilaya. À Aubervilliers, il y a une communauté algérienne de Béjaïa qui est très importante.” Mais du côté de la wilaya de Tizi Ouzou, les citoyens de Bouzeguène domiciliés à Aubervilliers et qui sont très nombreux, sont les seuls à proposer cette candidature de jumelage. Le maire, M. Jacques Salvator, y a répondu favorablement et s’est montré même plus qu’intéressé par ce projet.
Pour cela une première visite de contact est nécessaire. La rencontre avec les élus de la commune de Bouzeguène donnera lieu à un large débat pour un partenariat fructueux. “On compte faire un voyage en Algérie vers le mois d’octobre, préparer convenablement le projet de jumelage”, a dit M. Jacques Salvator.

C. N O

Laisser un commentaire

L'association de la communauté originaire du village Ighil Bougueni

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers: